Réaliste : être pessimiste ?

Je me rends compte que je vis dans un monde de pessimistes. Les gens qui se disent réaliste ne se rendent pas compte qu’ils sont, quelque part, des pessimistes qui s’ignorent.

Je veux dire, si on regarde les choses d’une autre perspective. Si on repense à se que le monde aurait été si la planète entière était peuplé de gens réaliste, qu’est ce que serait le monde ? Un monde sans avions, sans électricité dans les foyers, sans voitures, sans fusées, sans science qui fait progresser l’espérance de vie…bref, un monde bien moins évolué que dans lequel on vit actuellement.

Tous les gens qui ont permis ces avancées étaient immuablement inspiré et porté par un vent d’optimisme. Le rêve faisait parti intégrante de leur vie et ne se sont pas cantonné a une vie simple et paisible. Se que j’essaie de dire c’est que : c’est un moment qu’on passe sur cette Terre. Plus ou moins court/long selon la manière dont la vie et dont le sort en a été jeté à notre naissance (je suis un peu partisan de la notion de destin, tout en étant partisan aussi du fait qu’on puisse aller à l’encontre de celui-ci). Alors pourquoi être réaliste ? Pourquoi se contenter de faire un passage sur cette Terre sans avoir au moins un rêve, un but, une passion qui donnerait a cette vie plus de sens que de simplement se lever le matin pour aller prendre les transports, se rendre à son lieu de travail, y resté 7/8/9/10h par jours, rentré le soir, manger, regarder Netflix puis aller dormir et reprendre la même routine, jusqu’au weekend où on souffle et se recharge pour affronter tout ça à nouveau ?

Il faut sortir des carcans, de sa zone de confort. Affronter se qui fait peur et faire se que tout le monde pense impossible, déraisonnable et insensé. Mais le faire avec conviction, courage et détermination (pas juste par esprit de contradiction, et volonté de pas faire comme les autres…).

Mais attention, loin de moi de juger une vision quelconque de la vie. Il faut des réalistes. Il faut l’être un petit peu aussi quand on veut se lancer dans des projets comme ceux que j’ai cité plus hauts qui ont permis au monde d’avancer. Car le réaliste est cartésien, il voit la vie dans son ensemble, avec se qu’elle comporte de risques et d’opportunités. Le réaliste est l’ancre qui permet à l’optimiste de ne pas s’envoler, s’emporter trop loin. De garder un lien avec la terre (la réalité) et donc de ne pas tomber de trop haut grâce à ça.

Au final il faut toujours un peu des deux. Il faut prendre des risques malgré le danger. Il faut essayer même si ça semble perdu d’avance. Et il faut rêver afin de donner à cette vie un sens. Garder en tête que la vie c’est aussi des obligations, des contraintes mais pas que !

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *