Alfons Mucha et Jakuchû, retour à la nature.

Salut à tous ! Il est temps que je parle d’une autre forme de culture sur ce blog, et en l’occurrence j’ai choisi de vous parler de deux expositions que j’ai été voir. Celle sur Alfons Mucha et celle sur Jakuchû. Donc, c’est sûr que ça ne vous intéressera pas tant que ça, sauf si vous aimez l’art et que vous voulez vous la péter en prétendant être quelqu’un de cultivé.

Cette année j’ai pris plusieurs résolutions, que je m’étais bien gardé de divulguer à qui que se soit tant la haine est palpable concernant les gens qui disent en prendre et ne les respect pas durant l’année, et dans ces dernières il était question que j’apprenne à cuisiner Japonais (je sais faire des soupes miso, des sushis, des onigiri, des tempuras et du tonkatsu).

via GIPHY

Mais surtout de profiter de Paris en terme d’activités à faire et de choses à voir, pendant que j’y réside encore et que j’ai un âge qui me permet d’en profiter gratuitement. Du coup, je vais voir des expositions. Et pas n’importe lesquelles, vous m’excuserez du peu. Bien que je sois aller voir Yu-Ichi Inoue, et ses calligraphies faite avec des pinceaux géants, à la Maison de la culture du Japon cet été, surtout pour me mettre dans le bain, je préfère traiter de ces deux (très) grosses expositions car je suis fan du travail de l’un et j’ai découvert avec fascination celui de l’autre.

Alors je commence par celui dont je suis fan.

Alfons Mucha, la végétation et les femmes.

C’est pas un peu…gore, comme sous-titre ? On dirait pas, genre, un titre sur Passeportsanté.net ou Doctissimo concernant l’hygiène génitale ? Non ? Okay, cool alors !

Donc pour rappel cette expositions se déroule au Musée du Luxembourg (qui est à Paris, hein !) jusqu’au 27 Janvier 2019 (ça va, on est large quand même) et je dois vous avouer quelque chose : Les gens font la queue pour voir des expositions ! Mais, genre, vraiment ! C’est l’équivalent de la sortie d’un Marvel, s’il-vous-plait ! Bon, par contre, c’est sûr ce n’est pas la même tranche d’âge ! Je suis presque un OVNI dans ces endroits là. La population qui se rend dans les musées (et c’est un constat que je fais après être allé voir quatre expos différentes à des endroits différents) sont des femmes de 20-80 ans (j’extrapole un peu l’âge là) et surtout des hommes et femmes de 40-50 ans voir plus…autant vous dire que je suis de la viande fraîche dans ces endroits là.

via GIPHY

Parenthèse fermée.

Bien qu’un peu mal à l’aise de me rendre au musée à cause de mon complexe d’infériorité de fils de classe moyenne (eh oui, je pense encore que ce genre d’endroits sont réservés à l’élite et même aux blancs. D’ailleurs, anecdote encore, je n’ai pratiquement jamais croisé de personnes qui soient noirs. C’est arrivé, mais ça doit être une ou deux sur une foule de 100 personnes…), je souhaite absolument voir en vrai les créations de Mr.Mucha (On ne dit pas « Alfons », c’est vulgaire. Eh puis c’est pas mon père…j’aurais aimé ceci dit…lol) que je vois et enregistre sur mon ordi où sur mon Pinterest. Je suis curieux de voir pourquoi les gens sont prêt à faire la queue pour voir des œuvres statiques, des antiquités et en même temps, vu que se sont des œuvres originales, de découvrir sa technique, sa précision sur les supports qu’il avait utilisé pour créer.

Je n’ai pas été déçu du tout ! Déjà en entrant dans un musée on se sent obligé de faire silence, comme dans une église (d’ailleurs qui à décrété ça ? Pourquoi on le fait automatiquement ?) et ça rend la visite presque solennelle. Les œuvres de Mr.Mucha sont d’autant plus splendide affichées ici en taille réelle (L’affiche Gismonda fait 74,2 × 216 cm, pour comparaison une colonne Morris, vous savez les long piliers vert qu’on trouve sur les trottoirs de Paris avec les affiches de théâtre, font 120×350 (1face) ou 100×150 (1/2 face. Je vous laisse donc imaginer la taille des affiches de Mr.Mucha donc.) qu’on est attiré par elles. Je me suis surpris à faire comme les gens, qu’on voit dans les documentaires ou films avec des scènes de galerie d’art où les gens s’approchent, pour voir les détails.

via GIPHY

Le thème récurrent des œuvres de Mr.Mucha sont surtout les femmes, les fleurs, les saisons, le vent, la nature. C’est pourquoi j’ai été agréablement surpris de découvrir ses œuvres sur l’Épopée slave où là, des hommes étaient enfin représentés. En tant que graphiste novice et médiocre, j’ai particulièrement apprécié ses œuvres pour Moët&Chandon et les papiers à rouler JOB.

Cet homme aux multiples talents (Peintre, Photographe, Affichiste, Illustrateur,…) a scellé mon admiration pour son œuvre entière. La partie de l’exposition sur sa conversion à la franc-maçonnerie et du coup ses œuvres les plus spirituelles et mystiques (j’ai adoré sa représentation graphique du Pater Noster « Et ne nous soumet pas à la tentation, mais délivre-nous du mal ») rendent, de mon point de vue, ses œuvres encore plus fascinante. On a…pardon…J’AI le sentiment qu’elles sont toutes teintées de mystères cachés et à découvrir.

Vous l’aurez compris, je suis absolument fan. Pour la petite anecdote, j’ai découvert Alfons Mucha grâce à un manga (oui, oui !). Ah ! My Goddess ! Avec Belldandy, ses sœurs et surtout le long OVA en film avec la femme Poisson.  Suis-je le seul à trouver des similitudes dans le style graphique de l’œuvre de Kōsuke Fujishima ?

Belledandy - Ah! My GoddessLa Danse - Alfons Mucha

Jakuchû, la végétation et les animaux.

Jakuchû, pardon, MAÎTRE Jakuchû, est un artiste dont je n’avais jamais entendu parlé auparavant. La communication autour de cette exposition a été tellement invasive que ma curiosité a été titillée. Mon fil d’actualité Facebook, les couloirs du métro, bref je l’ai vu partout et j’ai lu tellement de critiques positives que j’avais absolument envie d’aller voir !

J’ai été un peu « blousé » par l’œuvre sélectionnée pour l’exposition car il s’agissait d’un phénix (d’où mon illustration) qu’avait peint ce dernier. Je m’attendais à voir un mélange d’animaux réels et fantastiques, mais…il à beaucoup plus été question de poules et de coqs…Bon, avant de déblatérer sur cette exposition et mon retour dessus, je dois d’abord vous dire qu’à l’heure où j’écris ces lignes (le 14/10/18 à 18.14, pour être plus précis) cette exposition vit ses derniers instants. En effet, l’exposition Jakuchû était une expos éclair du 15 septembre au 14 octobre aux Petit Palais à Paris. Eh là, croyez-moi, c’était la croix et la bannière pour s’y rendre !!! Mais à côté de Mr.Mucha, la queue pour s’y rendre était pratiquement de 2H ! Oui, vous avez bien lu ! Deux putains d’heures de ma vie que je ne retrouverais jamais pour aller voir une exposition surpeuplée dans un espace que je qualifierais d’étroit pour l’occasion.

via GIPHY

Sérieusement, il devait y avoir une trentaine d’œuvres, magnifique, dans un espace de 60 m2 (?), quelque chose du genre. Autant vous dire que pour 9 ou 11 € et 2h, 2H30 de queue, tu l’a squatte, la salle, pour avoir un retour sur investissement (enfin, ça c’est pour ceux qui ont payé, parce que moi…la fleur de l’âge oblige).

via GIPHY

Bref, ceci dit ça valait quand même le coup d’œil. Quand on sait que l’artiste a existé dans les années 1800 et qu’on regarde le coup de pinceau de ce maître, c’est impressionnant. D’ailleurs, ça relève presque de l’illustration scientifique pour des zoologistes ou des ethnologues (personnes qui étudient les oiseaux). Je dois avouer que j’ai eu le coup de cœur pour pas mal d’œuvres et que les oiseaux et les végétaux assemblés sur des toiles en soie immense, avec les couleurs chatoyante et vive, avait leurs petits effets. Les détails des toiles ne font que nous poser une question existentielle : Mais combien de temps le mec a passé pour faire ça ? D’ailleurs, de nos jours, très peu de personnes pourraient être aussi prolifique que lui avec ce talent et cette qualité minutieuse et appliquée. Vous m’direz, ils avaient du temps à tuer à l’époque, leur monde n’était pas plein de distractions comme on l’es aujourd’hui…

Je ne sais pas qui décide de la durée d’une exposition, mais faire une exposition pareil en une période si courte c’est assez stupide…Après, j’imagine que le concept d’urgence pour déclencher un sentiment de nécessité chez les amateurs d’arts ai été volontairement choisi pour ameuter les gens…Théorie du complot ? Moi ? JAMAIS ! C’est vraiment dommage que ça ai été aussi court, parce que ce n’était pratiquement pas un plaisir d’y aller autant pour l’attente qu’une fois à l’intérieur…

Le mot de la fin.

Pour terminer, je dirais que ces deux expositions ne se valaient pas (si il faut comparer). Celle de Mr.Mucha est bien plus conséquente et plus immersive. Ceci dit, ce sont deux artistes aux styles artistiques distincts. Bien que Jakuchû soit terminé, vous pouvez encore voir celle de Mr.Mucha (genre, je crois vraiment que vous allez y aller, ahah).

via GIPHY

Je continuerais aller voir quelques expositions car je me rends compte que c’est assez agréable pour les yeux de voir des choses aussi grandiose et bien « exposé » (les lumières choisies, les décorations pour exposer les œuvres,…).

Voilà, j’ai tout dis.

#AllezSalut

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *